Sculptures colorées. 
Marbres classiques & modernes

Année 2015

"Paulette"

Pièce unique
Matière : Marbre
Dimensions : cm


Collection privée

Sculpture en marbre de Laurens par par Olivier Delobel

Paulette

2016
Sculpture en marbre de Laurens par Olivier Delobel

Paulette

2015
Année 2014

"Gentil, Gentil"

Numérotée sur 8
Matière : Résine polyester peinte
Hauteur : 72 cm

Exemplaires disponibles

Année 2015

"10:15 Saturday night"

Pièce unique. - Matière : Terre cuite peinte
Hauteur : 45 cm

Disponible

D'après la célèbre chanson éponyme du groupe "The Cure"

Année 2014

"Direction Baccara"

Pièce unique.

Matière : Terre cuite peinte
Hauteur : 45 cm

Disponible

Année 2014

"Le mangeur d'étoiles" Portrait, statue de Romain Gary

Pièce unique.

Matière : Terre cuite peinte
Hauteur : 80 x 32 x 53 cm

Disponible

Année 2012

"Le Baron"

Terre cuite peinte

Dimension : 35,5 x 19 x 47 cm

Disponible

Ma vision du "Baron", personnage romanesque sorti des méninges fertiles de Romain Gary.

Chacun rend hommage à ses idoles à sa façon… J’ai imaginé Romain Gary dans la peau du « Baron », un des personnages récurrents qu’il dépeint dans quelques-uns de ses romans, et qu’il définit ainsi dans « Les mangeurs d’étoiles » : «Rien n’était jamais arrivé qui pût l’étonner ou le démonter, et il savait que les hommes avaient encore quelques milliers d’années-lumière de route devant eux, avant de cesser d’être des saltimbanques et de devenir des artistes authentiques, créateurs libres et inspirés d’eux-mêmes et de leur propre dignité.(…) Il allait continuer à faire le tour du monde avec curiosité, sous son déguisement de totale indifférence et sous son masque d’absence, toujours à l’affût de la moindre manifestation de quelque talent authentique autour de lui. » (Les mangeurs d’étoiles, p.438, édition Folio). Un excellent autoportrait de l’écrivain, tel que je le perçois.

Le Baron, qui a pour le coup le visage de son créateur, « sous son déguisement de totale indifférence », est vêtu selon la description qu’en fait Romain Gary dans un autre passage : costume prince-de-galles, chapeau melon, gants de pécari, guêtres (Id., p.317). Je l’ai assis sur une pile de livres, symboles du savoir et de l’Œuvre de l’écrivain. Un reptile s’enroule autour de cette assise pour grimper sur la jambe du personnage, qui reste stoïque. Le serpent représente le python évoqué par Emile Ajar – l’avatar le plus fameux de Romain Gary– dans le roman « Gros-câlin ».

Cette sculpture en résumé présente Romain Gary comme un personnage de roman, de ses romans, ce qu’il était sans aucun doute. La statue emprunte son titre à un des livres dont est tiré le personnage récurrent du Baron. Gary en effet, « toujours à la recherche du chef d’œuvre », avouait se nourrir de chimères, désireux d’aller toujours plus loin, tentant d’outrepasser les lois de la nature, devenant lui-même un « mangeur d’étoiles ».

Si vous n’avez pas encore lu Gary, il n’est pas trop tard !

Terre cuite peinte Romain Gary LE BARON par Olivier Delobel

Le Baron

2012
Terre cuite peinte Romain Gary LE BARON par Olivier Delobel

Le Baron

2012
Année 2012

"L'Idiot n°3" ou "Autoportrait en gisant""

Pièce unique.
Collection personnelle

Matière : Résine polyester peinte
Dimensions : Grandeur nature

J'ai réalisé pendant deux mois mon autoportrait en mort, friand que je suis des gisants que je rencontre dans les musées et les églises.
Si je ne l'avais pas fait, qui l'aurait fait à ma place ?
Et si je ne le fais pas de mon vivant, quand le ferai-je ?

Année 2012

"Mes illusions donnent sur la cour"

Pièce unique.

Disponible

Matière : Terre cuite peinte

Dimensions : 32 x 36 x 55 cm

 

Sculpture inspirée par la superbe chanson "L'alcool" du jeune Serge Gainsbourg
"Mes illusions donnent sur la cour
Des horizons j'en ai pas lourd
Quand j'ai bossé toute la journée
Il me reste plus pour rêver
Qu' les fleurs horribles de ma chambre
Mes illusions donnent sur la cour
J'ai mis une croix sur mes amours
Les p'tites pépées pour les toucher
Faut d'abord les allonger
Sinon c'est froid comme en décembre
Quand le soir venu j' m'en reviens du chantier
Après mille peines et le corps harassé
J'ai le regard morne et les mains dégueulasses
De quoi inciter les belles à faire la grimace
Bien sûr y' a des filles de joie sur le retour
Celles qui mâchent le chewing-gum pendant l'amour
Mais que trouverais-je dans leur corps meurtri
Sinon qu'indifférence et mélancolie
Dans mes frusques couleurs de muraille
Je joue les épouvantails
Mais nom de Dieu dans mon âme
Brûlait pourtant cette flamme
Où s'éclairaient mes amours
Et mes brèves fiançailles
Où s' consumaient mes amours
Comme autant de feux de paille
Aujourd'hui je fais mon chemin solitaire
Toutes mes ambitions se sont fait la paire
J' me suis laissé envahir par les orties
Par les ronces de cette chienne de vie
Mes illusions donnent sur la cour
Mais dans les troquets du faubourg
J'ai des ardoises de rêveries
Et le sens de l'ironie
J' me laisse aller à la tendresse
J'oublie ma chambre au fond d' la cour
Le train de banlieue au petit jour
Et dans les vapeurs de l'alcool
J' vois mes châteaux espagnols
Mes haras et toutes mes duchesses
À moi les p'tites pépées les poupées jolies
Laissez venir à moi les petites souris
Je claque tout ce que je veux au baccara
Je tape sur le ventre des maharajas
À moi les boîtes de nuit sud-américaines
Où l'on danse la tête vide et les mains pleines
À moi ces mignonnes au regard qui chavire
Qu'il faut agiter avant de s'en servir
Dans mes pieds-de-poule mes prince-de-galles
En douceur je m' rince la dalle
Et nom de Dieu dans mon âme
V'là qu' j' ressens cette flamme
Où s'éclairaient mes amours
Et mes brèves fiançailles
Où se consumaient mes amours
Comme autant de feux de paille
Et quand les troquets ont éteint leurs néons
Qu'il n' reste plus un abreuvoir à l'horizon
Ainsi j' me laisse bercer par le calva
Et l' dieu des ivrognes guide mes pas"
Serge GAINSBOURG
Année 2012

"Gros-câlin"

Pièce unique.

Disponible

Matière : Terre cuite peinte

Dimensions : 24.5cm x 21cm x 54cm 

Sculpture sur la solitude que m'a inspirée le roman "Gros-câlin" d'Emile Ajar, un des avatars du génial et inclassable Romain Gary.

Année 2012

"Le fardeau"

Pièce unique.

Disponible

Matière : Terre cuite peinte

Dimensions :17 x 30 x 43cm

Année 2011

"L'Idiot n°2" ou "Autoportrait en froussard""

Pièce unique.
Disponible

Matière : terre cuite peinte, yeux en résine

Hauteur : 101 cm

Année 2011

"Monsieur Pudique"

Pièce unique.
Disponible

Matière : terre cuite peinte

Hauteur : Grandeur nature

Année 2011

"Iphigénie"

Pièce unique.
Disponible

Matière : terre cuite peinte, yeux en résine

Hauteur : Grandeur nature

Année 2009

"L'ombre du Maître"

Pièce unique.
Collection privée

Matière : Résine polyester peinte, yeux en résine

Dimensions : 38 x 44 x 116 cm - Année : 2009

Sorte d'autoportrait moderne du maître de Cabestany, comme s'il avait vécu à notre époque. Son style est un mélange du mien et du sien.
Un peu comme si son ombre planait sur chacun de nous, comme l'ombre de chaque artiste important qui nous a influencé et permis de développer notre sculpture.
Car le style d'une époque est forcément le résultat d'un amas d'influences antérieures que nous avons assimilées et digérées.

Année 2009

"Homme en manque d'oméga 3"

Pièce unique.
Disponible

Matière : Bronze sur socle en métal poli.
Dimensions : 28,5 x 13 x 52 cm

Homme très fatigué, assis sur une structure en fer, au risque de tomber.
J'aurais pu aussi l'appeler : "Homme n'ayant pas mangé ses cinq fruits et légumes par jour" ou encore "Homme ayant mangé trop gras, trop sucré", ...

Année 2008

"L'Idiot ou "Autoportrait sans la mouche"

Pièce unique.
Disponible

Matière : Terre cuite, yeux en résine

Grandeur nature

Sculpture inspirée du roman « L'idiot », de Fedor Dostoïevski, qui raconte l'histoire d'un homme profondément bon et naïf, qui découvre petit à petit la société, et à travers elle la perfidie et la cupidité humaine. Mon premier autoportrait, moral celui-ci.

Année 2007

"Polvere di gesso"

Pièce unique.
Collection privée

Matière : Terre cuite peinte

Paroles Polvere di Gesso
Io ogni mattina ascolto l'alba
e la sera il tramonto
e tutto il rumore che fa
e poi per ogni giorno che passa
faccio un segno su un muro
di questa città
perché non é il tempo che mi manca
e nemmeno l'età
Io ogni mattina quando parto
lascio aperta la mia porta
se qualcuno verrà
e poi metto polvere di gesso
sul pavimento di casa
per i passi che farà
perché quando c'é una porta aperta
di sicuro prima o dopo si sa
Io ogni sera quando torno
lascio delle tracce bianche
sulla polvere che sa
che qui non ci viene mai nessuno
e nemmeno per oggi
non ci sono novità
e poi richiudo la mia porta
per la notte e per il freddo che ci fa
Io ogni mattina ascolto l'alba
e la sera il tramonto
e tutto il rumore che fa
e poi per ogni giorno che passa
graffio un pezzo di muro
di questa città
perché non é il tempo che mi manca
e nemmeno l'età
Gianmaria Testa
Année 2010

"Femme à l'enfant"

Pièce unique.
Collection privée

Matière : Terre cuite

Année 2010

"Les deux Minervois"

Pièce unique.
Collection privée

Matière : Terre cuite

Sculpture représentant les deux visages du Minervois :

D'un côté, nous pouvons voir un homme barbu agenouillé, en prière, un œil fermé, l'autre regardant vers le haut. C'est un Cathare, à qui on a crevé un œil, sort que l'on réservait parfois à ces hommes pour leur apprendre à ne pas suivre la « bonne voie », telle que la concevait l'Eglise. Il est habillé d'une longue robe, sur laquelle figure une colombe, symbole du catharisme.de l'autre côté, assise sur les mollets de l'homme, se trouve une jeune fille, la tête tendrement penchée, tenant dans ses bras comme on tient un bébé une grappe de raisin, fruit du Minervois. Elle porte simplement une jupe, le haut de son corps est nu, ses cheveux cachant sa poitrine. Leurs chevelures se rejoignent, ainsi que leur vêtements.

Cette sculpture présente donc à la fois l'aspect violent et tourmenté de la région, mais aussi son côté sensible et riche. Le marbre rouge et blanc correspond parfaitement à une telle vision, le rouge du sang et de la colère, le blanc de la pureté. Et les deux couleurs que prend le raisin ... Traitement de la matière : Le vêtement de l'homme ainsi que la jupe de la femme sont bouchardés. Toutes les parties de chair sont polies, les cheveux sont passés à la râpe à pierre et le socle est traité à l'éclaté. Les corps sont anguleux, les visages très détaillés.

Année 2008

"Ciao Bello"

Numéroté sur 6

Exemplaires disponibles

Matière : Bronze

Dimensions : 20 x 12 x 33 cm

GROUPE "MEDITERRANEE MON AMOUR "

Ces sculptures en terre cuite font partie d'une série intitulée « Méditerranée mon amour », présentant plusieurs personnages intrigués par quelque chose. Le point central est "La Méditerranée", figure allégorique inspirée de la Méditerranée du sculpteur Aristide MAILLOL, en version décharnée, malade, violée et amputée. Une vision très noire de notre belle Grande Bleue.

GROUPE "MEDITERRANEE, MON AMOUR"
Année 2007 - méditerranée mon amour

"Petit Pion"

Pièce unique
Disponible

Matière : Terre cuite peinte, yeux en résine, paille
Dimensions : 70 x 41 x 52 cm

Sculpture représentant un tout petit pion sur l'échiquier du capitalisme. Un jeune garçon, obèse, boit une boisson américaine riche en sucre et en capitaux, imposée à la jeunesse à grands renforts de publicité.

Année 2003

"Mortadello"

Pièce unique.
Disponible

Matière : Terre cuite peinte

Hauteur : 85 cm

Un homme en costume serré, est à la fin de la lecture d'un livre. Il semble effrayé. Mais par quoi ?

Année 2007 - Méditerranée mon amour

"Sous le sable"

Pièce unique 
Disponible
Matière : Terre cuite peinte, yeux en résine, tube en cuivre
Dimensions : 73 x 43 x 48 cm

 

Année 2005 - Méditerranée mon amour

"Hêêê ???"

Pièce unique
Disponible

Matière : Terre cuite peinte

Hauteur : 153 cm

Femme qui regarde quelque chose sur la plage, ne se souciant pas du tout du regard des autres.

Année 2005 - Méditerranée mon amour

"Mais"

Pièce unique
Disponible

Matière : Terre cuite peinte

Dimensions : 60 x 59 x 69 cm

Liseuse dérangée sur la plage.

Année 2005

"Wouf"

Pièce unique
Collection de l'auteur

Terre cuite peinte

Dimensions : 80 x 43 x 42 cm

Chien coloré, qui regarde la tête penchée quelque chose qui l'intrigue.

Chien en terre cuite peinte Olivier Delobel

"Wouf"

2007
Année 2005

"Homme songeant à l'avenir de ses enfants"

Pièce unique
Disponible

Matière : Terre cuite peinte

 

Année 2005 - Méditerranée mon amour

"La Méditerranée"

Disponible

Matière : Résine polyester

Dimensions : 81 x 45 x 68 cm

Cette sculpture s'inspire de la célèbre « Méditerranée » du sculpteur Aristide Maillol

exposée pour la première fois au salon d'automne de Paris en 1905. Maillol avait représenté son allégorie sous les traits d'une femme solide, charpentée, belle et sereine, image de la grande bleue telle qu'elle se présentait il y a cent ans. Ma « Méditerranée », exécutée en 2005, soit un siècle après, reprend la pose de celle de Maillol. A ceci près qu'elle est chauve comme une cancéreuse, complètement décharnée et amputée. Le visage serein a fait place à un visage apeuré, comme privé d'oxygène. Originaire du Languedoc méditerranéen où je réside depuis toujours, les rapports alarmants sur l'état de notre mer me touchent au plus haut point : pollution, marées noires, dégazages,...détruisent la faune et la flore et tuent peu à peu notre Méditerranée. Je n'ai pas envie du tout de cela. Si ma Méditerranée peut faire réagir, c'est un bon point, et un tout petit pas de plus dans le processus de prise de conscience qui aboutira je l'espère au futur désencrassement de notre planète.

Le vêtement de la vierge est passé au papier de verre assez grossier, celui du Christ est bouchardé les parties voyantes de chair sont polies, et le socle est traité à l'éclaté. Un traitement de surface varié permettant une meilleure lisibilité de la sculpture.

Année 2006

"Torse d'homme"

Pièce unique
Collection privée
Matière : Marbre de Saint-Béat

Hauteur : 61 cm sans le socle

Torse viril en marbre, sur socle en bois et fer.

Année 2004

"Repos dangereux"

Pièce unique
Collection privée

Matière : marbre de carrare
Dimensions : 24 x 25 x 40 cm
Crédit photo : Gilbert sentenac

Traitement de la matière : Le corps de l'homme est entièrement poli. Le rocher est traité à l'éclaté et à la boucharde, recréant l'aspect de pierre brute, et permettant au sujet de ressortir.

Homme épuisé qui prend un peu de repos. Mais est-il sûr d'être bien au calme ? Son appui penche dangereusement, le rocher se fissurant largement sous son corps. Ne se reposerait-il pas sur ses lauriers ?

Année 2005

"Maternité"

Pièce unique

Collection du Museu Europeu d'Art Modern (MEAM) de Barcelone

Matière : Marbre de Carrare

Dimensions : 55 x 48 x 77 cm

Une mère et son fils, sculpture inspirée par les représentations des "vierges à l'enfant"

L'enfant Jésus est souriant, en train de jouer avec un petit oiseau. Il ne se doute pas du tout de son destin, de la fin horrible qui l'attend. Il est nu, portant simplement un maillot de corps à manches courtes. On peut voir sa divinité par les différents traits gravés dans le vêtement de la vierge, qui forment comme une lumière surnaturelle autour de sa tête, sur la vue de face. Sa mère elle, tient fermement son petit. Elle est bien sûr déjà au courant de ce qu'il va lui arriver. La tête tournée vers les cieux, elle semble implorer la clémence de Dieu. Vêtue d'un vêtement à capuche, la tête voilée, elle a les pieds nus. Au-delà de l'aspect religieux du thème, c'est en réalité le portrait de toute mère normalement constituée, humaine ou animale, inquiète pour son enfant, invoquant on ne sait quelle puissance pour qu'elle épargne sa progéniture.
Le vêtement de la vierge est passé au papier de verre assez grossier, celui du Christ est bouchardé les parties voyantes de chair sont polies, et le socle est traité à l'éclaté. Un traitement de surface varié permettant une meilleure lisibilité de la sculpture.

Année 2004

"Pfff..."

Pièce unique
Collection privée

Matière : Marbre « bardiglio » de Carrare
Dimensions : 40 x 26 x 29 cm

Un homme étrange portant un masque semble irrité par quelque chose ou par quelqu'un...

Marbre Bardiglio de Carrare homme étrange par Olivier Delobel

"Pfff..."

2004
Marbre Bardiglio de Carrare homme étrange par Olivier Delobel

"Pfff..."

2004
Année 2004

"Bacchus"

Pièce unique
Collection privée

Matière : Marbre de Caunes-Minervois

Bacchus, dieu romain de la vigne et du vin (Dyonisos pour les Grecs), représenté dans son état normal, ivre et trinquant. Il est nu, gras, et couronné de pampres. Le bras posé sur un tonneau, il s'appuie sur une souche. Une grappe de raisin repose à sa gauche.

Marbre de Caunes-Minervois par Olivier Delobel

"Bacchus"

2004
Année 2004

"Le mateur"

Pièce unique

Collection privée

Matière : Terre cuite - Hauteur : 65 cm 

Un homme légèrement inquiétant, sans visage, regarde les habitants d'en bas, quelque part dans un bien belle maison du sud de la France...

Année 2001

"Le cousin"

Pièce unique
Collection privée

Matière : Marbre de Caunes-Minervois
Dimensions : 38 x 27 x 26 cm

Sorte de petit diable, il sort de son trou l'air étonné. Il pourrait être le vague cousin d'Arlequin, d'où son nom.
Seul le masque est poli, le faisant beaucoup ressortir sur la pierre brute.

Année 2002

"Destins"

Pièce unique
Collection privée

Matière : Marbre bardiglio de Carrare

Hauteur : 31 cm

Une femme boude, vexée par quel événement ? Derrière elle, un chat se dore au soleil. Pour lui, tout est tranquille. Détendu, il ne se soucie guère de la scène qui se passe dans son dos.
Le corps de la femme est poli, le chat est traité à la râpe tandis que le socle est texturé à la boucharde

Marbre de Bordiglio de Carrare une femme boude par Olivier Delobel

"Destins"

2002
Marbre de Bordiglio de Carrare une femme boude par Olivier Delobel

"Destins"

2002
Marbre de Bordiglio de Carrare une femme boude par Olivier Delobel

"Destins"

2002
Année 2001

"Pierrot"

Numéroté sur 8
Disponible

Matière : résine polyester

Mon interprétation du fameux Pierrot, personnage de la Commedia dell'arte

Sculpture de Pierrot en résine polyester par Olivier Delobel

"Pierrot"

2001
Sculpture de Pierrot en résine polyester par Olivier Delobel

"Pierrot"

2001
Sculpture de Pierrot en résine polyester par Olivier Delobel

"Pierrot"

2001
Année 2001

" Colombine "

Numéroté sur 8
Disponible

Hauteur : 86 cm
Matière : résine polyester

Colombine, la fausse ingénue, baisse les yeux timidement, et rabat sa robe sur ses cuisses dans un geste pudique. Par derrière, elle la soulève largement, dévoilant ses fesses. Mon interprétation de la célèbre héroïne de la commedia dell'arte.

Année 2001

"Borgioli"

Pièce unique
Collection de la ville de Thuir

Matière : Marbre de Carrare
Hauteur : 40 cm sans le socle

Un homme-masque ou un homme avec un masque, coiffé d'un chapeau d'un autre temps, semble mépriser tout ce qui l'entoure, les yeux mi-clos dirigés vers la droite, et la bouche dédaigneuse.
Le nom de la sculpture vient de sa ressemblance avec un italien, que je n'ai pas encore eu l'occasion de rencontrer. Ceci est donc entièrement fortuit...
Le masque est poli, le visage traité à la râpe, et le chapeau à la boucharde.

Année 2000

"Après le bain"

Pièce unique
Collection privée

Matière : Marbre de Carrare
Dimensions : 30 x 32 x 52 cm

Femme se reposant, après une dure journée de labeur aux champs. Elle vient de se baigner longuement dans la petite rivière située juste derrière la rangée de pins au fond du pré.

Année 1999

"Petit Homme"

Pièce unique
Disponible

Matière : Marbre de Carrare patiné
Dimensions : 40 x 20 x 19 cm

Un petit garçon, tout fraîchement né, repose sa tête dans la main bienveillante de son père. Il est éveillé, en train de bouger, bien parti pour sa nouvelle vie.

Année 1999

"Aide-moi"

Pièce unique.
Collection du Ministère du Travail

Matière : Marbre de Carrare
Dimensions : 30 x 30 x 25 cm